Le château de l’Oiseau Bleu

Situé dans le centre de la France, cet impressionnant château-pâtisserie n’était, à sa construction, en 1843, qu’un manoir assez simple et un peu austère. Un grand perron avec colonnade en occupait toute la façade.

En 1913, son propriétaire décide d’y rajouter deux ailes, remanie sa toiture pour rehausser le corps central, rajoute des cheminées impressionnantes, des frises de pierres taillées, des corniches…

Le manoir est transformé en château “belle époque”, presqu’incongru dans cette campagne reculée. Nous sommes émerveillés en l’apercevant.

Ses volets bigarrés lui donnent un côté joyeux malgré son état d’abandon.

L’accès, tant au parc qu’au château lui-même, est très facile.

Nous nous attendons donc à être confrontés aux dégradations habituelles: casse et tags. Mais rien, bien qu’entièrement vide de meubles et inoccupé depuis longtemps, le château de l’Oiseau Bleu est étonnamment préservé.

Les rares dégradations sont dues soit à des débuts de travaux de son actuel propriétaire qui a dû finir par jeter l’éponge, soit à quelques vols (cheminées notamment).

Afin de le préserver, nous ne vous dirons pas grand chose du château de l’Oiseau Bleu….

Loin de tout, niché dans un écrin de verdure, l’endroit respire la quiétude et la sérénité.

Ce fut une découverte extraordinaire, un moment hors du temps. Nous y sommes restés plus de deux heures, prenant soin de visiter les pièces une à une, l’immortalisant de près de 150 photos.

Devenu, après guerre, centre d’accueil permanent pour enfants à problèmes, le château de l’Oiseau Bleu accueillait également, chaque été, près de 300 enfants issus de familles modestes.

L’association qui gère le château et en avait racheté les murs, fait faillite en 1998, le laissant vide depuis.

Dans le parc nous trouvons également un bâtiment construit dans les années 70. Il ne présente pas grand intérêt, hormis l’étonnant mode de dégradation des peintures:

Un dernier tour dans le parc….

et nous quittons L’Oiseau Bleu à regret…


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *